Distnet - Services financiers
Français Customer Access
1 855 915-9090

News

2017-03-30

La Caisse de dépôt investit 36,5 millions $ dans Eddyfi

(Québec) La Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ) sort son chéquier et investit 36,5 millions $ dans Eddyfi Technologies, une entreprise de Québec spécialisée dans les technologies avancées de contrôle non destructif.
 
Ayant pignon sur rue dans le Parc technologique du Québec métropolitain, Eddyfi conçoit et commercialise des appareils de mesure, des capteurs, des sondes et des logiciels à partir desquels les pièces plus complexes - comme le train d'atterrissage d'un avion par exemple - sont minutieusement inspectées pour y détecter la plus minuscule fissure ou trace de corrosion, et ce, évidemment sans avoir à les endommager.

En plus de prendre une part minoritaire (24 %) au capital-action d'Eddyfi, la CDPQ apporte de l'eau au moulin de l'entreprise afin qu'elle poursuive son plan de croissance à l'échelle internationale, notamment par la voie d'acquisitions stratégiques.

Le chiffre d'affaires du développeur d'équipements et de logiciels d'inspection destinés au secteur industriel est actuellement de 45 millions $. L'objectif est de le faire passer à 100 millions $ en 2020.

Eddyfi compte actuellement sur une équipe de 200 personnes qui travaillent au Canada, en France, au Royaume-Uni, aux États-Unis, aux Émirats arabes unis et en Afrique du Sud.

Ses produits sont vendus dans 70 pays. D'ailleurs, 95 % des ventes d'Eddyfi sont faites à l'extérieur du Canada.

Ses clients sont des opérateurs de centrales nucléaires, des pétrolières, des minières et des géants de l'aéronautique.

Dans un communiqué, la CDPQ fait valoir «que les technologies d'Eddyfi sont en parfaite adéquation avec le contexte actuel, alors que l'on constate le vieillissement d'infrastructures critiques à travers le monde, ainsi qu'un resserrement des normes en matière d'inspection auxquelles les industries lourdes et l'aérospatiale doivent se conformer.»

«Cette transaction cadre avec notre volonté d'appuyer l'expansion des entreprises québécoises qui visent l'international pour croître», a déclaré Christian Dubé, premier vice-président, Québec, à la CDPQ.

Un prédateur

«Au cours des prochaines années, notre croissance reposera, entre autres, sur des acquisitions stratégiques», a indiqué le président et chef de la direction d'Eddyfi, Martin Thériault. Il est aussi l'un des trois fondateurs de la compagnie.

Le parcours de prédateur de l'entreprise - qui a vu le jour en 2009 - a commencé l'an dernier avec l'acquisition de Silverwing, une société basée au Royaume-Uni, et IPN, un atelier d'usinage de haute précision de Québec.

«Nous évoluons dans une industrie très fragmentée à l'échelle internationale», a expliqué Martin Thériault au Soleil.

«Il y a quelques grands joueurs et plusieurs petits dont certains ont développé des technologies intéressantes, mais possèdent peu de moyens pour les commercialiser. Pour nous, ces technologies représentent des opportunités d'accroître le portefeuille de produits que nous pouvons proposer à nos clients.»

«Pour mener notre stratégie à bon port, il nous est apparu essentiel de nous associer à un partenaire qui partageait nos ambitions et qui comprenait bien notre culture d'entreprise ainsi que la dynamique de notre industrie», a poursuivi Martin Thériault. «La CDPQ, qui possède des équipes autant à Québec qu'à l'international, est sans aucun doute l'investisseur idéal pour poursuivre notre croissance.»

De l'avis de Martin Thériault, la stratégie d'acquisitions déployée par Eddyfi aura des retombées positives pour Québec. «C'est clair qu'il y aura de la création d'emplois», assure-t-il en mentionnant que la capitale demeurait le coeur des activités de recherche et développement de l'entreprise.

Depuis deux ans, Eddyfi se classe parmi les 50 entreprises technologiques affichant la plus forte croissance en Amérique du Nord, selon le classement établi par Deloitte. L'an dernier, elle occupait le 36e rang.


Vous aimeriez qu’une équipe de spécialistes assure à votre place la gestion de vos comptes clients? DISTNET peut vous libérer d'une tâche administrative importante en prenant en charge le suivi de vos comptes clients.  Contactez un représentant DISTNET afin de connaître notre gamme de produits et services.


Source
Le Soleil

2017-03-29

La Cité de l’énergie obtient 500 000$ de Shawinigan

La Cité de l'énergie a obtenu un coup de pouce financier de la Ville de Shawinigan en vue de l'important renouvellement projeté de sa collection muséale.

L'hôtel de ville lui a accordé un demi million de dollars, qui seront versés à raison de 100 000$ par année, de 2016 à 2020. «Je pense que le renouvellement de l'exposition permanente va être un plus pour la ville», a plaidé le maire Michel Angers.

La Cité de l'énergie entend renouveler sa collection sur le passé industriel de Shawinigan et aussi le spectacle multimédia, en place depuis dix ans.

Le thème de la prochaine exposition portera sur l'énergie. «On est dans un siècle où on parle beaucoup des énergies, que ce soit les énergies fossiles, le charbon ou les sables bitumineux», a expliqué Robert Trudel, le directeur de la Cité de l'énergie. «Ça va être interactif. Les gens vont se prononcer sur leur vision de l'utilisation des énergies.»

Le projet est évalué à 3 millions $. La Cité de l'énergie espère, pour compléter le financement, des engagements financiers de la part de Québec et d'Ottawa.

La Cité compte réaliser la transformation cette année pour que la nouvelle exposition soit prête pour la saison 2018.

Le complexe muséal est l’une des attractions les plus importantes de la Mauricie, lui qui attire jusqu'à 150 000 visiteurs chaque année.


Besoin de liquidités ? Besoin de financement ? DISTNET vous offre :

• Un accès facile à des liquidités;
• Un financement rapide et flexible;
• Un outil personnalisé, vous aidant dans votre démarrage, votre expansion ou votre réorganisation;
• Un service professionnel, personnalisé et courtois.


Source
TVA Nouvelles

2017-03-22

15 nouveaux emplois à Saint-Adelphe

La relance de l'usine d'ossature de bois de Saint-Adelphe, en février 2015, s’est avérée être un succès. Le carnet de commandes de Structure Robko se remplit à vue d'œil, au point où l’entreprise doit pourvoir quinze nouveaux postes.

En relançant l'usine, Développement Robko, une entreprise de Québec, espérait fabriquer des ossatures de bois pour ses propres projets domiciliaires. Or, la demande s'est avérée plus forte que prévu.

«Quand les gens ont appris que l'entreprise était relancée, avec une nouvelle administration, le téléphone s'est mis à sonner», a expliqué le copropriétaire de l'entreprise, Ralph Koehler.

Depuis sa relance, 500 000 $ ont été investis pour l'achat de deux camions de livraison.

L'entreprise a amorcé ses opérations avec 25 employés. Comme prévu, leur nombre a doublé dans la première année.

Le directeur de l'usine, Frédéric Lapointe, cherche des gens qui ont le goût de travailler. «Nous cherchons des gens motivés. Le niveau de scolarité importe moins. On veut des gens qui se présenteront au travail tous les jours.»

Des salaires variant entre 14 et 16 $ de l’heure et une stabilité d’emploi avec 40 heures par semaine, c'est de plus en plus rare dans le secteur de Mékinac. Le maire de Saint-Adelphe, Paul Labranche est conscient de sa chance. «Quinze emplois dans une petite municipalité comme la nôtre, c'est comme 150 emplois dans une ville comme Trois-Rivières», a-t-il comparé.

L’usine ne pourra accueillir plus de 65 employés sur un seul quart de travail. Par contre, si le carnet de commandes continu à se remplir, la compagnie envisage à moyen terme d'ajouter un quart de travail de soir, ce qui créerait encore de nouveaux emplois.


Être partenaire avec DISTNET, c’est non seulement choisir une équipe de professionnels, mais aussi des gens agréables et accessibles qui sont toujours à l’écoute des besoins de leurs clients.


Source
TVA Nouvelles

2017-03-21

La Caisse de dépôt s'allie aux agriculteurs pour le réseau électrique

La Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ) s'allie à l'Union des producteurs agricoles afin de limiter l'impact du futur train électrique sur l'étalement urbain autour du futur terminus de la Rive-Sud.

Annoncé mardi, ce partenariat, qui réunit aussi la Communauté métropolitaine de Montréal, permettra la création d'une fiducie foncière agricole, une idée suggérée par les groupes environnementaux, a souligné la CDPQ Infra.

«Avec cette entente, nous posons les premiers jalons d'une initiative unique afin de valoriser le territoire agricole situé aux abords de la station terminale Rive-Sud [...] afin de protéger le territoire, mais aussi à aider à limiter le phénomène de l'étalement urbain en dynamisant l'activité agricole dans ce secteur», a déclaré Macky Tall, président et chef de la direction de CDPQ Infra.

La Caisse de dépôt a aussi annoncé l'ajout de 40 voitures de train, pour une flotte totale d'environ 240 voitures.

Un ajout nécessaire selon la CDPQ Infra, notamment avec l'ajout de trois stations connectées au réseau du métro.

La Caisse estime qu'environ 10% des usagers du réseau électrique métropolitain privilégieront cette ligne de train au lieu de la ligne orange du métro.

Auparavant estimé à 5,5 milliards de dollars, le projet de train électrique est maintenant estimé à 6,04 milliards de dollars.

Les travaux devraient débuter cet automne, pour une mise en service fin 2020.


Besoin de liquidités ? Faire affaires avec DISTNET, c'est choisir une solution de financement simple et efficace. La rapidité et l'efficacité de notre équipe vous garantit une expérience des plus profitables.


Source
TVA Nouvelles

2017-03-16

Le Fonds de solidarité FTQ investit 3 millions $ dans Reflex Photonics

Près de 3 millions $ seront investis par le Fonds de solidarité FTQ dans une entreprise québécoise qui conçoit et fabrique des solutions optiques pour l’industrie aérospatiale et les centres de données.

Au total, Reflex Photonics de Kirkland, dans l’ouest de l’île de Montréal, recevra un appui financier de 3,5 millions $ du Fonds de solidarité FTQ et Gestion AD (500 000 $). Une contribution remboursable de 500 000 $ a également été octroyée par Développement économique Canada.

En plus de permettre à la compagnie de se doter d'infrastructures et d'équipements spécialisés, l’investissement permettra de créer 14 nouveaux emplois et d’en consolider 24.

«Les récents investissements et le support de nos partenaires financiers comme le Fonds de solidarité FTQ ont permis de positionner Reflex comme un joueur important et reconnu par des compagnies internationales de premier rang», a souligné Noël Dubé, président-directeur général de Reflex Photonics.

«Reflex est une entreprise avec de grandes ambitions qui se démarque dans un secteur en évolution rapide», a mentionné Alain Denis, vice-président au Fonds.

Fondée en 2002, Reflex Photonics conçoit, fabrique et commercialise des solutions de connexion optiques à très haut débit pour les cartes ou puces électroniques. Ses clients sont dans l'aérospatiale, la défense, l'avionique, les télécoms et les centres de données.


Besoin de liquidités ? Besoin de financement ? DISTNET vous offre :

• Un accès facile à des liquidités;
• Un financement rapide et flexible;
• Un outil personnalisé, vous aidant dans votre démarrage, votre expansion ou votre réorganisation;
• Un service professionnel, personnalisé et courtois.


Source
TVA Nouvelles

Page(s) :  <<  < 1  -  2  -  3  -  4  -  5  -  6  -  7  -  8  -  9  -  10  -  11  -  12  -  13  -  14  -  15  -  16  -  17  -  18  -  19  -  20 >  >> 

Infoletter