Distnet - Services financiers
Français Customer Access
1 855 915-9090

News

2017-03-16

Industrie forestière: 17 M$ d’investissement en innovation

Le gouvernement du Québec a annoncé mercredi l’octroi d’une aide financière de 17 millions $ à l’entreprise FPInnovations, un groupe de recherche forestière à but non lucratif, dont le siège social est à Québec.

Une part importante de cette enveloppe, 13 millions $ sur quatre ans, servira au démarrage et à la réalisation de l’initiative SM2, un projet qui vise à soutenir des «technologies innovantes et émergentes», pour ainsi espérer développer de nouveaux marchés.

«Notre gouvernement met en place des conditions permettant de donner une nouvelle impulsion à l’ensemble de la filière forestière québécoise afin de transformer l’industrie des produits forestiers», a expliqué le ministre des Forêts, Luc Blanchette.

Les quelque quatre millions $ restants iront également à FPInovations, mais pour son programme national de recherche collaboration. Ce programme met l’accent sur trois volets principaux, soit les opérations forestières, les produits du bois, ainsi que les pâtes, les papiers et les bioproduits.

Selon Dominique Anglade, ministre de l’Économie, la mission de FPInnovations est «essentielle à la compétitivité du Québec».

Cette annonce du gouvernement s’inscrit dans son Plan de travail Innovation Bois, une initiative qui vise à assurer la pérennité de l’industrie forestière.


Vous aimeriez qu’une équipe de spécialistes assure à votre place la gestion de vos comptes clients? DISTNET peut vous libérer d'une tâche administrative importante en prenant en charge le suivi de vos comptes clients.  Contactez un représentant DISTNET afin de connaître notre gamme de produits et services.


Source
TVA Nouvelles

2017-03-09

Un fonds privé d’au moins 500 M$ pour les PME canadiennes

Les principales banques et compagnies d’assurance canadiennes ont annoncé jeudi matin leur intention de créer un fonds d’investissement d’au moins 500 millions $ pour les petites et moyennes entreprises (PME) du pays.

Les investissements seront échelonnés sur 10 ans. Le capital investi dans chacune des sociétés oscillera généralement entre trois et 20 millions $.

Le Fonds de croissance de sociétés canadiennes investira dans des PME qui recherchent du capital minoritaire patient, à long terme.

Selon le conseil d’administration, l'objectif principal du fonds consiste à aider les fondateurs à conserver le contrôle de leur entreprise, tout en leur permettant de réaliser leur vision au fil de la croissance et de l'expansion de leurs activités.

«Surtout, le fonds facilitera le mentorat et l'accès aux bassins de compétences pour aider ces sociétés à réaliser leur plein potentiel», a expliqué le conseil d’administration du fonds de croissance, par communiqué.

En effet, la direction du Fonds aura également le mandat de créer un «réseau consultatif» afin d'offrir du mentorat. Cela devrait permettre de «combler les lacunes de connaissances qui empêchent bon nombre de moyennes entreprises d'atteindre leur plein potentiel de croissance à l'échelle nationale et internationale», ont expliqué les institutions participantes.

BMO Groupe financier, la Banque Royale, la Banque Nationale et la Manuvie, entre autres, participeront à ce fonds. Les premiers investissements devraient être réalisés au cours des 12 prochains mois.

Le regroupement n’a pas précisé la participation financière individuelle de chacune des institutions. Par ailleurs, il est possible que d’autres entreprises se joignent au mouvement.

Le conseil d’administration a insisté pour dire que le fonds sera «géré de façon indépendante» et que le personnel sera embauché un peu partout au Canada.

Le ministre canadien des Finances, Bill Morneau, avait récemment recommandé, dans un rapport, la création d’un fonds de croissance à des fins de participation minoritaire dans des sociétés.

Il a d’ailleurs dit «accueillir favorablement» cette annonce.

«Cela aidera les [PME] à créer de bons emplois bien rémunérés pour la classe moyenne et contribuera à la croissance de l'économie canadienne d'une manière durable.»


Besoin de liquidités ? Faire affaires avec DISTNET, c'est choisir une solution de financement simple et efficace. La rapidité et l'efficacité de notre équipe vous garantit une expérience des plus profitables.


Source
TVA Nouvelles

2017-03-09

Poussée de croissance chez Mirego

(Québec) Le carnet de commandes de Mirego ne dérougit pas. Les contrats affluent de partout à travers le Canada et des États-Unis. Essoufflé? On grandit pour mieux répondre à la demande, répond le copropriétaire Albert Dang-Vu.
 
Ce qui n'était qu'une jeune pousse en 2007 est vite devenu une entreprise florissante. De trois employés, environ 100 cerveaux oeuvrent aujourd'hui pour la compagnie qui possède des bureaux à Québec et à Montréal ainsi que deux points de vente, soit en Californie et à Toronto. Le siège social de l'entreprise est toujours basé dans la Capitale-Nationale.

Au cours des derniers mois, la Société des alcools du Québec (SAQ), Meubles South Shore, Chocolats Favoris et Stelpro ont entre autres fait appel aux services de la boîte techno spécialisée dans la conception et le développement d'applications mobiles pour les téléphones intelligents et pour les tablettes électroniques. Parmi ses clients, on retrouve également Bell, Familiprix, Bombardier, Desjardins, Apple et Rona. De quoi faire rougir certains compétiteurs.

Pour la SAQ, Mirego a remporté en janvier dernier un appel d'offres visant à bonifier l'application mobile de la société d'État dans «le but d'améliorer l'expérience client». Mentionnons que le développeur a aussi lancé une nouvelle entreprise numérique, baptisée Omerlo Technologies, en collaboration avec le Groupe Capitales Médias.

«On travaille beaucoup sur notre expansion au Canada et aux États-Unis. À Toronto, il y a de belles opportunités d'affaires en ce moment. Nous avons également de gros clients qui reviennent», se réjouit le grand patron. «On grandit présentement notre chiffre d'affaires à l'extérieur du Québec. Nous avons des clients en Californie, en Australie et en Europe, plus particulièrement au Royaume-Uni», poursuit-il. Seulement pour 2016, le chiffre d'affaires de Mirego a bondi de 30 % par rapport à 2015. 

Afin de soutenir cette croissance, la compagnie a doublé l'an dernier la superficie de ses bureaux à Québec, pour atteindre les 15 000 pieds carrés d'espace de travail. Ils sont situés dans les anciens locaux du bar-discothèque le Palladium. Pour Montréal, «nous avons fait construire un condo commercial dans Griffintown. Cela va nous permettre de presque tripler la grandeur de nos locaux», note M. Dang-Vu. Le nouvel antre de 10 500 pieds carrés sera disponible à partir du mois d'août.

Actuellement, environ 70 personnes fourmillent dans les bureaux de Sainte-Foy et une trentaine à Montréal. Et la famille devrait continuer de grandir au cours des prochains mois.

«Dans la dernière année, nous avons embauché une trentaine de personnes», raconte le copropriétaire. «Assurément, nous allons devoir embaucher cette année, car nous avons beaucoup de demandes», ajoute-t-il. L'homme d'affaires n'envisage toutefois pas pour l'instant de faire d'autres petits à travers la province.

Dizaines de projets

Depuis sa naissance en 2007, Mirego a participé à la réalisation de plus de 200 applications mobiles et sites transactionnels. Actuellement, elle travaille en parallèle sur une trentaine de projets. En 2016, la compagnie s'est retrouvée au 53e rang du classement annuel des entreprises PROFIT 500 dévoilé par le Canadian Business. Au cours des cinq dernières années, Mirego a connu une croissance de 1585 % de son chiffre d'affaires.

«Nous avons beaucoup de projets pour nos 10 ans. Il va avoir plusieurs annonces au cours de l'année», promet M. Dang-Vu. Ce dernier avait fondé la compagnie avec ses partenaires d'affaires, Martin Gagnon et Simon Audet. Le trio s'est connu chez Copernic.


Être partenaire avec DISTNET, c’est non seulement choisir une équipe de professionnels, mais aussi des gens agréables et accessibles qui sont toujours à l’écoute des besoins de leurs clients.


Source
Le Soleil

2017-03-09

Investissement de 5 millions $ dans une entreprise de Val-d’Or

Fondaction CSN, un fonds d’investissement géré par la Confédération des syndicats nationaux, investira cinq millions $ dans l’entreprise de Val d’Or Meglab, un concepteur et fabricant d'équipements électroniques et électriques.

«Nous souhaitons développer de nouveaux marchés et créer de nouveaux emplois dans la région, a indiqué Louis Valade, président de Meglab.

«L'accompagnement de Fondaction nous permet de continuer notre développement et d'assurer notre pérennité.»

Avec cet investissement, Fondaction CSN dit «soutenir une entreprise qui innove» et qui «se positionne dans une perspective de développement durable.»

«Aussi, cette participation financière est en lien direct avec la volonté de Fondaction d'avoir un impact social, environnemental et économique dans toutes les régions du Québec», a précisé Geneviève Bouthillier, chef adjointe de l'investissement à Fondaction.

Meglab emploie quelque 140 employés, dont plusieurs ingénieurs. Grâce à de nouvelles technologies, elle propose des solutions pour améliorer l’efficacité énergétique, notamment dans le secteur minier.


Votre entreprise a besoin de liquidités ? DISTNET offre des produits et des services d’affacturage. Ces derniers favorisent le fonds de roulement. N’hésitez plus. Communiquez avec un représentant de DISTNET pour connaître les avantages pour votre entreprise.


Source
TVA Nouvelles

2017-02-28

1,7 M$ du fédéral pour cinq entreprises d'ici

(Québec) Pour sa première visite à Québec, le ministre de l'Innovation, des Sciences et du Développement économique, Navdeep Bains avait de bonnes nouvelles à annoncer à cinq entreprises de la capitale.
 
Dans sa besace, des contributions remboursables totalisant 1,7 million $. L'argent d'Ottawa permettra aux entreprises bénéficiaires de mener à bon port des projets d'investissement évalués à tout près de 6 millions $. En bout de course, près d'une quarantaine de nouveaux emplois devraient être créés.

Entreprise spécialisée dans la production de matériel d'inspection non destructif, Eddyfi reçoit un coup de pouce de 700 000 $ pour lui permettre, entre autres, d'acquérir de nouveaux équipements et d'appuyer sa stratégie d'acquisition. «Nous sommes des prédateurs. Nous recherchons des technologies intéressantes», a indiqué le président et chef de la direction d'Eddyfi, Martin Thériault.

En signalant que l'entreprise de 200 employés réalisait 95 % de ses ventes à l'extérieur du Canada, M. Thériault souligne qu'investir dans Eddyfi est un bon placement. «Nous prenons une technologie canadienne. Nous l'exportons. Nous ramenons des sous au Canada et nous payons des impôts.» Il a rappelé que la compagnie avait vu le jour au début de 2010 et qu'elle avait bénéficié des programmes d'aides gouvernementaux pour prendre sa place. «Des petits montants qui sont arrivés au bon moment et qui ont eu beaucoup d'impact.»

Optel, de son côté, planche sur un projet d'investissement de 2,2 millions $ visant, entre autres, à percer le marché brésilien.

Emplois

Le demi-million de dollars de Développement économique Canada servira aussi à l'acquérir de nouveaux équipements. Entreprise spécialisée dans la conception et la fabrication de systèmes automatisés d'inspection et de traçabilité pour les fabricants de médicaments prévoit que ce projet se traduira par l'ajout d'une quinzaine de nouveaux emplois.

Entreprise en démarrage, IngeniArts Technologies s'affaire à développer un système intelligent de stockage d'énergie pour les véhicules électriques. Pour y arriver, elle investit 920 000 $. La compagnie s'intéresse principalement au marché des chariots élévateurs. La contribution remboursable d'Ottawa s'élève à  250 000 $.

Deux autres entreprises de la capitale reçoivent l'aide du fédéral : 150 000 $ pour Laserax et 125 000 $ pour Dizal. La première est spécialisée dans le marquage au laser. Elle investit présentement 400 000 $ pour intensifier sa présence internationale.

Dizal, pour sa part, cherche à exporter ses produits - des revêtements muraux extérieurs haut de gamme en aluminium - ailleurs au Canada et aux États-Unis. La compagnie y consacre actuellement 250 000 $. «En transformant des idées en solutions, vous faites de l'innovation et vous créez des emplois de qualité chez vous», a indiqué le ministre Bains qui visitera, mercredi, l'Institut national d'optique.

Le centre de recherche en optique-photonique veut accroître sa présence à l'extérieur du Québec. Il réclame 25 millions $ à chacun des deux paliers de gouvernements.

Le ministre de l'Innovation, des Sciences et du Développement, qui était accompagné mardi par le ministre de la Famille, des Enfants et du Développement social, Jean-Yves Duclos, et du député de Louis-Hébert, Joël Lightbound, est bien au courant de la demande de l'INO. Il faudra cependant patienter au dépôt du budget du ministre des Finances, Bill Morneau, pour voir si la demande de l'INO a été attendue.


Besoin de liquidités ? Besoin de financement ? DISTNET vous offre :

• Un accès facile à des liquidités;
• Un financement rapide et flexible;
• Un outil personnalisé, vous aidant dans votre démarrage, votre expansion ou votre réorganisation;
• Un service professionnel, personnalisé et courtois.


Source
Le Soleil

Page(s) :  <<  < 1  -  2  -  3  -  4  -  5  -  6  -  7  -  8  -  9  -  10  -  11  -  12  -  13  -  14  -  15  -  16  -  17  -  18  -  19  -  20  -  21 >  >> 

Infoletter