Distnet - Services financiers
Français Customer Access
1 855 915-9090

News

2017-05-10

Feu vert pour le FreeO2 d'OxyNov

(Québec) Jeune entreprise technologique oeuvrant dans le domaine médical, OxyNov révolutionne l'administration d'oxygène aux patients dans les hôpitaux. Forte de résultats prometteurs, elle vient d'obtenir le feu vert pour commercialiser son invention, le FreeO2, en Europe.
 
Derrière le FreeO2 se trouvent deux médecins chercheurs travaillant dans le domaine de la santé respiratoire, Dr François Lellouche et Dr Erwan L'Her. Après avoir initié des travaux de recherche pour améliorer l'oxygénothérapie - l'administration d'oxygène aux patients, notamment ceux souffrant de maladie pulmonaire obstructive chronique - ils fondent OxyNov début 2009.

«La façon de donner de l'oxygène aux patients n'a pas bougé depuis une centaine d'années», indique le Dr Lellouche, montrant un débitmètre à bille qui doit être ajusté manuellement par une infirmière. «Tout le monde pense que l'oxygène, c'est anodin, alors que ça devrait être considéré comme un médicament, avec des doses précises à administrer», ajoute le chercheur qui travaille aux soins intensifs à l'Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec (IUCPQ), où OxyNov a ses bureaux.

Les deux chercheurs font alors appel à l'expertise d'ingénieurs de l'Université Laval pour créer le FreeO2, une petite machine qui permet d'automatiser le débit d'oxygène donné à un patient. Un capteur est installé sur son doigt pour mesurer ses besoins en oxygène, et la dose fournie est ajustée en continu: de la bonbonne, l'oxygène passe dans la machine qui donne la quantité optimale en tout temps. Plus besoin d'attendre quelques heures qu'un membre du personnel médical fasse un changement manuel.

Avec un ajustement constant et un sevrage contrôlé, le FreeO2 permet de réduire jusqu'à 30 % le temps d'hospitalisation des patients, affirme le Dr Lellouche. «La direction de l'hôpital est très sensible à ça, parce que ça permet de réduire les coûts», ajoute-t-il.


L'Europe d'abord

Le pdg d'OxyNov, Jean-Luc Balzer, estime que l'achat d'un appareil serait entièrement rentabilisé après à peine deux mois. Mais la commercialisation du produit au Canada n'est pas encore commencée. Pas que l'entreprise ne vise pas ce marché en priorité, mais plutôt parce que le feu vert de Santé Canada est plus long à obtenir qu'en Europe, indique-t-on. C'est le cas aussi pour la Food and Drug Administration aux États-Unis.

«On espère que la commercialisation pourra commencer en 2018 aux États-Unis et d'ici la fin de la même année au Canada», signale M. Balzer, qui s'est joint à l'aventure en 2013. Quant à l'Europe, la vente d'appareils FreeO2 doit démarrer «dans les prochains jours» en France et «des accords de distribution seront conclus au cours des prochaines semaines» à l'échelle du continent, mentionne le pdg.

Les hôpitaux français «sont déjà nombreux à avoir signifié leur intérêt à acquérir ce dispositif», ajoute M. Balzer. Il faut dire que des études cliniques avec le FreeO2 ont également été menées dans l'Hexagone dans les dernières années, et qu'OxyNov a une filiale sur place depuis un an et demi qui compte sur la présence du cofondateur Dr L'Her.


Pas qu'à l'hôpital

L'équipe d'OxyNov entend poursuivre de nouvelles études cliniques pour adapter le FreeO2 à une utilisation dans les ambulances ainsi qu'à domicile. «On travaille aussi avec un spécialiste de l'apnée du sommeil» pour que le dispositif puisse servir lorsqu'il n'y a pas d'obstruction des voies respiratoires, révèle le Dr Lellouche. L'invention pourrait aussi trouver des applications pour les personnes qui manquent d'oxygène en altitude, tels les alpinistes.

Le financement étant le nerf de la guerre de la recherche, on apprenait mercredi qu'OxyNov vient de conclure une entente avec Desjardins - Innovatech pour un investissement en capital de risque de 500 000 $. Et la veille, c'est le Fonds InnovExport qui annonçait un investissement dans l'entreprise - de 500 000 $ également, précise Jean-Luc Balzer.


Vous aimeriez qu’une équipe de spécialistes assure à votre place la gestion de vos comptes clients? DISTNET peut vous libérer d'une tâche administrative importante en prenant en charge le suivi de vos comptes clients.  Contactez un représentant DISTNET afin de connaître notre gamme de produits et services.


Source
Le Soleil

2017-05-02

Intact avale un concurrent américain

L’entreprise canadienne Intact Corporation financière, le plus important fournisseur d'assurance incendie, accidents et risques divers (IARD) au Canada, met la main sur la société américaine OneBeacon pour 1,7 milliard$.

Intact espère ainsi mettre au monde un nouveau chef de fil nord-américain de l’assurance spécialisée pouvant générer des primes annuelles de plus de 2 milliards$.

«OneBeacon représente un excellent partenaire stratégique pour Intact, car elle possède une vaste expertise dans les produits d'assurance commerciale et spécialisée et partage nos valeurs», a dit Charles Brindamour, chef de la direction d'Intact Corporation financière. L'opération a été approuvée à l'unanimité par les conseils d'administration des deux entreprises.

Le chef de la direction de OneBeacon, Mike Miller, s’est réjoui lui aussi de cette fusion: «Les deux sociétés sont déterminées à assurer une transition harmonieuse et sont impatientes de travailler à la croissance rentable de notre portefeuille de produits spécialisés».

À l’issue de cette transaction, les actionnaires de OneBeacon recevront une somme en espèces de 18,10$ US par action ordinaire, soit une prime de 14% par rapport au cours de clôture des actions de OneBeacon au NYSE de 15,89$ US au 1er mai 2017 et une prime de 15% par rapport au cours moyen pondéré en fonction du volume des 30 derniers jours.

La dette de OneBeacon d'environ 275 millions$ US demeurera toutefois impayée.

Rappelons qu’Intact compte plus de 12 000 employés au pays et assure plus de cinq millions de particuliers par l’entremise de ses filiales, dont Bélair direct. Ses primes annuelles s’élèvent à 8 milliards$.


Votre entreprise a besoin de liquidités ? DISTNET offre des produits et des services d’affacturage. Ces derniers favorisent le fonds de roulement. N’hésitez plus. Communiquez avec un représentant de DISTNET pour connaître les avantages pour votre entreprise.


Source
TVA Nouvelles

2017-05-02

Des contrats de 375 millions$ pour la montréalaise CAE

L’entreprise montréalaise CAE a annoncé mardi la signature de plusieurs contrats de formation concernant ses simulateurs de vol, des commandes qui atteignent une valeur globale de 375 millions$.

C’est au salon World Aviation Training Conference and Tradeshow (WATS), qui bat son plein à Orlando, en Floride, que le dévoilement a été fait.

Les contrats et ententes pour des solutions de formation en matière d’aviation commerciale ont notamment été ratifiés avec Scandinavian Airlines de la Suède, Ethiopian Airlines de l’Éthiopie, Korean Air de la Corée du Sud et Donghai Airlines, un nouveau client chinois.

Selon CAE, les commandes effectuées au quatrième trimestre comprennent l’achat de 11 simulateurs de vol, pour un total de 50 simulateurs vendus dans le cadre de l’exercice financier 2017. Les ententes portent aussi sur des programmes de formation complets d’élève-pilote à commandant de bord.

CAE a indiqué dans un communiqué que la demande croissante pour des pilotes de ligne professionnels explique tous ces contrats et toutes ces ententes, dont de nouveaux programmes de formation visant 380 pilotes professionnels, au cours des cinq prochaines années, avec un client en Asie, puis 100 pilotes professionnels avec un client au Moyen-Orient. Dans les deux cas, leur identité n’a pas été révélée par la direction de CAE.

«Nous continuons à voir une forte demande dans le marché de l’aviation commerciale, et ces ententes réaffirment la position de CAE en tant que partenaire de choix en formation reconnu mondialement», a dit Nick Leontidis, président de groupe, Solutions de formation pour l’aviation civile à CAE.

CAE compte 8000 employés travaillant dans 160 emplacements et centres de formation dans plus une trentaine de pays. L’entreprise forme plus de 120 000 membres d’équipage des secteurs civil et de la défense ainsi que des milliers de professionnels de la santé.


Être partenaire avec DISTNET, c’est non seulement choisir une équipe de professionnels, mais aussi des gens agréables et accessibles qui sont toujours à l’écoute des besoins de leurs clients.


Source
TVA Nouvelles

2017-04-27

15 millions$ pour la capture du carbone au Québec

La société C02 Solutions et l’Université Laval participeront à la mise sur pied du projet Valorisation Carbone Québec visant à développer des solutions de capture de gaz carbonique et de sa valorisation en produits à valeur ajoutée.

Le gouvernement du Québec injectera 15 millions$ dans ce projet via le Fonds vert. D’autres organismes des secteurs privé et public seront appelés à collaborer.

Le gouvernement souhaite stimuler l’essor de l’expertise québécoise dans ce domaine d’avenir, en plus d’assurer des réductions concrètes d’émissions de gaz à effet de serre au Québec.

Les ministres David Heurtel et François Blais ont procédé à l’annonce de cette aide financière jeudi après-midi dans les bureaux de CO2 Solutions, à Québec.

Les travaux de Valorisation Carbone Québec se concentreront sur la démonstration de la technologie développée par CO2 Solutions à l’échelle industrielle et sur la mise en œuvre de solutions concrètes.

Une unité de capture du carbone sera mise en place au Québec, à compter de 2018 par CO2 Solutions. La ville de Saint-Félicien accueillera cette technologie sur le site de l’usine de pâtes et papiers de Produits forestiers Résolu.

Le CO2 qui sera ainsi capté sera ensuite acheminé aux Serres Toundra, situées à proximité, pour améliorer l’efficacité énergétique.

Grâce à cette technologie, Produits forestiers Résolu estime pouvoir capter quelque 5000 tonnes de CO2 par année, ce qui équivaut à retirer 1400 voitures des routes annuellement.


Besoin de liquidités ? Faire affaires avec DISTNET, c'est choisir une solution de financement simple et efficace. La rapidité et l'efficacité de notre équipe vous garantit une expérience des plus profitables.


Source
TVA Nouvelles

2017-04-27

Les trois centres d'achats de Sainte-Foy reliés par des passerelles

(Québec) Les centres commerciaux Laurier Québec, Place de la Cité et Place Sainte-Foy seront réunis par des passerelles d'ici 2019. Les propriétaires Ivanhoé Cambridge et Cominar se sont entendus sur un projet qui a reçu l'aval de la commission d'urbanisme de la Ville de Québec.

Michel Dallaire, chef de la direction de Cominar, qui possède Place de la Cité, et Claude Sirois, président des deux autres centres commerciaux d'Ivanhoé Cambridge, en ont fait l'annonce jeudi après-midi en conférence de presse.

L'idée de passerelles qui réuniraient les trois centres commerciaux est sur la table depuis plus d'une quarantaine d'années, mais le projet était au point mort jusqu'à ce que M. Dallaire relance les discussions sur le sujet au début de 2015.

«Le secteur a changé et s'est densifié, alors nous déposons un projet afin de créer des liens piétonniers entre Laurier, Place de la Cité et Place Sainte-Foy. N'oublions pas que, bon an, mal an, 20 millions de personnes gravitent autour du secteur, dont quatre millions qui naviguent entre les propriétés», a déclaré M. Sirois. Son homologue de Cominar a indiqué que des transactions avaient provoqué un rapprochement entre les deux groupes et ravivé le projet de passerelles.

«Depuis toujours, il y a une confrontation entre les piétons et les véhicules sur les rues Jean-De Quen et Bernardin Morin», a signalé M. Dallaire, ajoutant qu'il avait voulu un projet qui marie sécurité, transparence, luminosité et fluidité.


Rue abaissée, rue fermée

La passerelle entre Laurier Québec et Place de la Cité sera celle qui nécessitera les plus importants travaux puisqu'il faudra abaisser la rue Jean-De Quen afin de permettre aux piétons de traverser au niveau du rez-de-chaussée des deux établissements. Une grande passerelle vitrée et chauffée sera aménagée entre les deux centres commerciaux.

Quant à la passerelle entre Place de la Cité et Place Sainte-Foy, elle nécessitera la fermeture définitive de la rue Bernardin Morin afin d'aménager une passerelle au niveau du sol. Des ronds-points seront aménagés de part et d'autre de la passerelle afin de permettre aux automobiles de s'y rendre et de faire demi-tour.


Circulation

Tant les promoteurs, qui défraieront en entier les coûts des aménagements, que le maire Régis Labeaume ne croient pas que la fermeture de Bernardin Morin engendrera une hausse de la circulation routière sur Jean-De Quen.

«C'est sur Jean-De Quen qu'il y a beaucoup de circulation, car l'artère rejoint un quartier à chaque extrémité. Il y a beaucoup moins de circulation sur Bernardin-Morin, qui aboutit d'un côté sur Hochelaga et de l'autre sur le boulevard Laurier», a commenté le maire Labeaume, soulignant que le fait que les automobiles ne soient plus freinées par les piétons sur Jean-De Quen en améliorerait également la fluidité.

Les promoteurs sont présentement à régler les derniers détails techniques du projet avec la Ville de Québec et, selon Claude Sirois, les travaux devraient débuter en 2018 pour être terminés en 2019.


Des murets de protection temporaires sur Laurier

En attendant d'établir une infrastructure permanente aérienne ou souterraine entre le centre commercial Laurier Québec et le Centre hospitalier de l'Université Laval (CHUL) et entre le siège social de SSQ et Place Sainte-Foy, la Ville de Québec a annoncé jeudi qu'elle réaménagerait l'espace central des deux passages piétonniers au mois de juin. Des murets de protection seront installés sur les terre-pleins pour favoriser une traversée sécuritaire du boulevard Laurier en deux temps. «Ce n'est peut-être pas spectaculaire, mais on sait que c'est sécuritaire», a déclaré le maire Régis Labeaume. Ces aménagements font suite au grave accident survenu au mois d'août. Une femme enceinte, Marie-Pierre Gagné, est décédée après avoir été heurtée par un automobiliste alors qu'elle traversait le boulevard Laurier pour se rendre à un rendez-vous médical. Le maire Labeaume n'a pas voulu donner d'échéancier pour la mise en place d'infrastructures permanentes dans le secteur, indiquant que le tout dépendrait des choix qui seraient faits par la Ville en matière de transport collectif.


Vous aimeriez qu’une équipe de spécialistes assure à votre place la gestion de vos comptes clients? DISTNET peut vous libérer d'une tâche administrative importante en prenant en charge le suivi de vos comptes clients.  Contactez un représentant DISTNET afin de connaître notre gamme de produits et services.


Source
Le Soleil

Page(s) :  <<  < 1  -  2  -  3  -  4  -  5  -  6  -  7  -  8  -  9  -  10  -  11  -  12  -  13  -  14  -  15  -  16  -  17 >  >> 

Infoletter